Musique Intérieure

31 octobre 2005

Piensa en mi

Luz Casal

Si tienes un hondo penar, piensa en mi

Si tienes ganas de llorar, piensa en mi

Ya ves que venero tu imagen divina

Tu parvula boca, que siendo tan nina

Me enseno a pecar Piensa en mi cuando sufras,

Cuando llores, tambien piensa en mi,

Quando quièras quitarme la vida

No la quiero, para nada

Para nada me sirve sin ti piensa en mi cuando sufras cuando llores, tambien piensa en mi,

cuando quieras quitarme la vida

No la quiero, para nada, para nada me sirve sin ti. 

Posté par Lily34 à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


LE FOU RIRE

Des allées, des chants d’oiseaux, un cortège de manteaux noirs, désolé, sans un mot, en silence, en mouchoirs. Tu nous manquais déjà et ce n’était que le début, il ne manquait que toi, notre cher disparu. Quelques arbres bien vivants veillaient sur un champ de granit, monuments pour combattants d’une guerre qu’on perd tout le temps et beaucoup trop vite. Désormais, qu’est-ce qu’on va devenir si tout est moche, si tout est triste ; désarmés qu’est-ce qu’on peut faire, j’ai prié Dieu pour qu’il existe. Ces messieurs des pompes funèbres, au recueillement professionnel, glissaient à la corde le cercueil aux dorures inutiles. Une dame à ce moment-là a dérapé dans les graviers, en poussant un râle comme ça “haaa” qui m’a fait rigoler.

Un fou rire à un enterrement, je m’en veux, je m’en veux vraiment, c’était nerveux sûrement, en tout cas c’était pas l’moment.

Je suis peut-être cruel, complètement insensible, au moins je n’étais pas le seul à rire le plus doucement possible. Comme une traînée de poudre, le rire a enflammé le cortège, tombé sur nous comme la foudre, le plus beau de tous les sacrilèges. Dos voûtés, têtes baissées, j’ai honte à le dire, on poussait des petits cris étouffés, on était morts de rire. Nos larmes alors, n’étaient plus des larmes de chagrin, et c’était pas par pudeur si on cachait nos visages dans nos mains. À petits pas la procession, l’indigne file d’attente, a retrouvé l’émotion devant la tombe béante. Je suis redevenu sérieux, où avais-je la tête ? À nouveau malheureux, c’était quand même un peu plus correct.

J’ai pleuré à ton enterrement, je n’avais pas le choix, tu n’étais plus là comme avant, pour rire avec moi.

Posté par Lily34 à 20:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]